L’église de Berlin-Lichtenberg est comble

Pentecôte 2008 : Savoir lire l’écriture divine

L’église de Berlin-Lichtenberg est comble

Berlin. Pendant le week-end de la Pentecôte, Berlin a été, trois jours durant, la « capitale » du monde néo-apostolique. L’apôtre-patriarche avait convoqué tous les apôtres d’Europe dans la capitale fédérale allemande. Au cours du service divin de la Pentecôte, traduit en anglais à l’autel et, en passant par une table de mixage, dans vingt autres langues, il a appelé les participants, au nombre de plus d’un million, à « savoir lire l’écriture divine au présent. » Il incombe à chacun le devoir capital de reconnaître personnellement l’intervention du Seigneur.

Berlin-Lichtenberg est une grande église offrant 1 500 places. Le service divin débute à 10.00 heures ; il est retransmis dans 7 500 communautés réparties dans 70 pays de par le monde. Sur le parking de l’église, il y a le véhicule de retransmission satellitaire appartenant à la Maison d’édition Bischoff ; grâce à lui, plus d’un million et demi de chrétiens néo-apostoliques (c’est une estimation) peuvent suivre le service divin. A l’intérieur de l’église règne une ambiance pentécostaire.

La communion fraternelle

Investi dans son ministère lors du service divin de la Pentecôte qui avait eu lieu à Fellbach, il y a de cela trois ans, l’apôtre-patriarche Leber dédie à toutes les communautés néo-apostoliques la parole biblique en I Jean 4 : 11 : « Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. » Il y associe l’appel aux fidèles à cultiver entre eux une communion des cœurs : « Nous avons besoin de cette communion », souligne-t-il. Et d’expliquer avec insistance à quel point il est important pour chacun de participer aux activités dans les communautés et d’aller à la rencontre de tous les membres. La qualité de la communion fraternelle se mesure au fait que même le plus faible s’y sente à son aise.

Le texte biblique servant de base au service divin de la Pentecôte figure en Ephésiens 1 : 16-17. Après avoir exprimé quelques paroles de reconnaissance, l’apôtre Paul y exprime avant tout son souhait que le Seigneur veuille donner un esprit de sagesse et de connaissance. « Cela vaut aussi pour nous, aujourd’hui », dit l’apôtre-patriarche Leber. « Il demeure essentiel pour nous de discerner la tentation, de préserver la paix et d’offrir notre aide à autrui. Demandons au Saint-Esprit de nous donner la sagesse de voir ces choses. Il est de notre devoir de comprendre la grandeur du sacrifice de Christ, de connaître l’éternel plan de salut divin et de savoir lire l’écriture divine au temps présent. C’est le Saint-Esprit qui suscite cette connaissance en nous.

Avant la célébration de la sainte, la grande assemblée a récité pour la première fois la prière du Notre Père dans les termes de la version Luther 1984, pour les germanophones, et de la New King James Version, pour les anglophones.

12 mai 2008